Association Parmi-Elles

Les débuts de l'Association Parmi-Elles

L’Association Parmi-Elles a vu le jour à la fin des années 70 lorsqu’un groupe de femmes « chefs de famille » ont décidé de se prendre en main et de trouver le moyen d’assurer elles-même le soutien de leur famille sans avoir à compter sur les prestations du gouvernement. Les membres se rencontraient souvent pour discuter de divers projets qu’elles pourraient mettre sur pied en vue de procurer un emploi à un certain nombre de femmes dans le besoin. Afin d’assurer la survie de leur groupe, les femmes ont décidé de former l’Association Parmi-Elles qui sera un organisme à but non lucratif et dont l’objectif sera de promouvoir l’autonomie et le bien–être des femmes par la création d’emplois pour les femmes. De plus, pour permettre aux femmes d’accéder à un marché du travail plus rénumérateur, l’Association encouragera aussi la formation des femmes dans le domaine des affaires.

Les débuts de La Maison Verte

Au printemps 1981, l’Association Parmi-Elles, voulant réaliser ses objectifs, obtient des fonds d’Emploi et Immigration Canada pour embaucher une agente de liaison qui s’occupera de l’organisation de l’Association et aidera à trouver un projet. Les espoirs se sont arrêtés sur un projet de serres pour la culture de semis destinés au reboisement de nos forêts.

 

Au début, l’Association imaginait difficilement la possibilité d’un tel projet puisque les investissements financiers étaient beaucoup trop élevés. Après de nombreuses recherches et la préparation de plusieurs documents démontrant la viabilité d’un tel projet, Emploi et Immigration Canada se disait prêt à contribuer financièrement pour couvrir les frais de développement du projet et des frais d’exploitation de départ jusqu’à ce que La Maison Verte soit en mesure de commencer ses activités commerciales. Le Ministère des Richesses naturelles lui s’engageait à contribuer une somme de 180,000$ c’est-à-dire 50 % du coût d’investissement en capital pour la construction de serres. Il s’engageait également à signer une entente de cinq ans, à partir de 1983, pour l’achat de 2 millions de semis en contenants pour le reboisement de nos forêts. C’est en juillet 1982 que l’Association Parmi-Elles obtient le feu vert des deux Ministères pour commencer la construction du complexe de serres.

La structure de La Maison Verte

Afin de se donner l’outil légal pour attirer des capitaux, l’Association Parmi-Elles a créé La  Maison Verte, une corporation à but lucratif. Cette corporation est dirigée par un conseil d’administration formé de six membres de l’Associaton et de quatre personnes élues par 77 investisseurs locaux. Ces investisseurs possèdent des actions privilégiées avec dividendes cumulatifs fixes, rachetables après 5 ans et comportant un droit de vote aux assemblées générales annuelles. La représentation majoritaire de l’Association Parmi-Elles au Conseil d’administration de La Maison Verte était une des exigences à rencontrer pour l’obtention de la contribution financière d’Emploi et Immigration Canada. C’était dans le but de s’assurer que le projet demeure la propriété du groupe et que les décisions concernant La Maison Verte n’aient jamais comme effet d’éliminer la présence de l’Association. Cette dernière est aussi détentrice de la seule action ordinaire émise par La Maison Verte.

 

En 1987, toutes les actions privilégiées ont été rachetées et l’Association Parmi-Elles est devenue seule propriétaire de La Maison Verte. Le conseil d’administration de La Maison Verte continue à  inclure des personnes autres que des membres de Parmi-Elles afin de pouvoir profiter d’expertise dans différents domaines que les membres de Parmi-elles ne possèedent pas nécessairement. Les affaires de La Maison Verte sont conduites aujourd’hui par un conseil d’administration de 7 personnes dont la majorité sont des membres de l’Association Parmi-Elles.

Prix Clé de Voute

En 2014, l'Association Parmi-Elles reçoit le prix « Clé de Voute » au 21e

Jeux franco-ontariens!

 

Chaque année, le prix Clé de Voute est décerné à un ou une modèle  francophone de l’Ontario, qui comme Judith Charest, s’illustre et agit comme agente de changement dans sa communauté et qui fait avancer la cause des femmes. 

 

Félicitations à toutes ces femmes qui ont cru en notre beau projet de

La Maison Verte et MERCI! 

© 2015